Publicité Publicité
LA FÉDÉRATION

4 octobre 2016

Naviguer l'automne demande plus de précautions

Québec, le 4 octobre 2016 - La navigation d’automne donne aux plaisanciers une belle occasion d’admirer des paysages colorés et de profiter de lieux tranquilles, sans oublier que la pêche est excellente à cette période. Cependant, la navigation d’automne se caractérise par des conditions bien différentes de celles de l’été et il faut prendre des précautions additionnelles pour prévenir d’éventuels ennuis.

 

Le Conseil canadien de la sécurité nautique (CCSN) et la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (FédéCP) tiennent à recommander aux plaisanciers qui veulent profiter des plaisirs de la navigation d’automne de suivre ces quelques conseils afin de bénéficier au maximum de cette merveilleuse période de l’année.

 

Primo, vérifiez les prévisions météo avant de partir. Les masses d’air chaud et d’air froid qui se côtoient peuvent provoquer de forts vents soulevant des vagues qui peuvent être dangereuses pour les petites embarcations. Le brouillard peut également rendre la navigation difficile en entraînant une visibilité réduite. Dans ce cas, prenez le soin de naviguer à basse vitesse et utilisez votre corne de brume ou votre klaxon à intervalles réguliers afin d’alerter d’autres navigateurs de votre présence.

 

En octobre, les températures de jour peuvent être très confortables, mais ce n’est pas vraiment le moment de ressortir les t-shirts et les bermudas. Il vaut mieux être vêtu en fonction de la température de l’eau. Des vêtements chauds vous offriront une meilleure protection en cas de chute dans l’eau et retarderont ainsi les effets de l’hypothermie. Rappelons qu’une chute accidentelle en eau froide provoque un choc immédiat, le choc initial. Il est alors important de ne pas paniquer. Il faudra peut-être une minute ou un peu plus pour reprendre le contrôle de votre respiration, mais vous aurez ensuite entre 10 et 15 minutes avant que vos bras et vos jambes perdent de leur motricité. Ces minutes sont précieuses pour vous sauver vous-même, même en eau très froide. Plus important encore, un gilet de sauvetage approuvé, conventionnel ou gonflable, sera déterminant, car il vous maintiendra à flot quoiqu’il arrive.

 

Par ailleurs, assurez-vous de laisser un plan de navigation à une personne de confiance sur terre qui saura quoi faire si vous tardez à revenir à bon port. Une radio VHF ou un téléphone cellulaire sont également des outils précieux vous permettant d’appeler pour de l’assistance en cas de problème. Parlant d’outils, vous devriez en avoir à bord ainsi que des pièces de rechange pour corriger de simples défaillances, ce qui peut éviter qu’une bête panne vous immobilise sur l’eau.

 

Assurez-vous que votre bateau et son moteur sont en bon état de marche. L’essence qui contient de l’éthanol peut faire que de l’eau contamine le réservoir de carburant. Si de l’eau dans les conduites d’essence gèle, l’alimentation en carburant vers le moteur sera coupée. Ajoutez au réservoir un additif conçu pour prévenir ce genre de problème. Dans le cas des embarcations à moteur ayant un réservoir portable, il est recommandé d’en avoir un supplémentaire en réserve.

 

N’oubliez pas non plus que les niveaux d’eau peuvent avoir diminué en fin de saison, en particulier si l’été a été chaud et sec. Certains de vos lieux de pêche préférés, en eaux peu profondes, risquent de ne plus être accessibles à cette période de l’année. De plus, il est important de garder un œil attentif pour des débris ou des morceaux de glace qui pourraient endommager la coque d’un bateau qui file à bonne vitesse.

 

« Tant les couleurs spectaculaires que la tranquillité et l’air vivifiant de l’automne rendent la navigation de plaisance particulièrement agréable », souligne John Gullick, président du Conseil canadien de la sécurité nautique. «Cependant, les plaisanciers doivent avoir à l’esprit qu’il est important de prendre encore plus de précautions qu’en été pour en profiter pleinement, en toute sécurité ». Vérifier les prévisions météo, se vêtir plus chaudement compte tenu de la température de l’eau, porter un gilet de sauvetage et confier un plan de navigation à une personne responsable à terre font partie de ces précautions, a précisé M. Gullick.

 

« Que ce soit pour la chasse à la sauvagine ou pour les activités de pêche qui se terminent plus tard en saison, comme le doré ou le brochet, il est important pour notre organisation de rappeler aux pêcheurs et aux chasseurs l’importance de suivre les recommandations du Conseil canadien de la sécurité nautique lorsqu’il s’agit d’effectuer une sortie sur l’eau », mentionne Alain Cossette, directeur général de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs.

 

Avec l’arrivée de l’automne, les plaisanciers ne devraient pas hésiter à tirer le meilleur de ce qui reste de leur saison de navigation avant que l’hiver s’installe. Une préparation adéquate et une attention particulière pour assurer leur autonomie sur l’eau à cette période sont des prérequis pour ne pas gâcher leur plaisir. Visitez www.csbc.ca pour en savoir plus sur la sécurité nautique.  

 

 

Fall Boating – It Takes A Little Bit More Care

 

Québec, october 4th 2016 - Boating in the fall offers colourful vistas, quiet anchorages and excellent fishing but it is not without its challenges that necessitate self-sufficiency and taking some additional precautions to keep from running into trouble.

 

The Canadian Safe Boating Council (CSBC) and the Quebec Federation of Hunters & Anglers want to remind all boaters enjoying the fall season on the water to follow these tips to ensure that their excursions are both safe and enjoyable.Before heading out, be sure to check the weather forecast. The mixing of warm and cold air can quickly spawn high winds and waves making it treacherous for small boats.  Fog, too, is an issue at this time of year making visibility difficult.  Should boaters find themselves in a fog bank, they should proceed slowly and sound their horn at regular intervals to alert other boaters of their presence. 

 

Well into October, daytime temperatures can occasionally be balmy but dressing for the water temperature will help slow the onset of hypothermia should the unexpected happen and the boater find himself in the water.    Accidental cold water immersion can be shocking, but they shouldn’t panic.  It may take a minute or so to get their breathing under control after the initial shock but they will have at least 10-15 minutes, even in very cold water, to affect self-rescue before they start to lose muscle control in their arms and legs.  This is where an approved lifejacket, either inflatable or inherently buoyant, is an essential part of a boater’s wardrobe to keep them afloat after they can no longer swim.

 

In the fall, there are fewer boats on the water to offer assistance, if needed. Boaters should be sure to leave a float plan with a responsible person on shore who will know what to do if they’re overdue.  A marine radio or cell phone will allow them to call for assistance should the need arise.  Having a few tools and spare parts aboard will also allow them to fix minor problems that might otherwise cause them to be stranded out on the water.

 

It’s important that boaters ensure that their boat and engine are in good shape and mechanically sound.   Ethanol-based fuel can allow water contamination in the tank.  The use of a fuel additive prevents water in the fuel line from freezing which could cause the engine to chug to a halt.  If the boat has portable fuel tanks, it’s a good idea to have a spare on board as a reserve.

When boaters head out, they should be wary of reduced water levels that can result after a long, hot and dry summer season.  Some of a boater’s favourite shallow water fishing holes may be inaccessible at this time of year.  Also, while underway, they should keep a sharp lookout for debris and chunks of ice that could penetrate the boat’s hull at speed.

 

“Spectacular colours, peaceful solitude and the crispness of the air make boating in the fall a wondrous experience,” says John Gullick, Chair of the Canadian Safe Boating Council. “To make the most of this experience safely, however, boaters need to be extra diligent in their preparations before departing. Most important of these are checking the weather, dressing for the water temperature, wearing a lifejacket and leaving a float plan with a responsible person on shore who can call for help should the need arise.”

 

“It is very important for our organization to remind all anglers and hunters the importance of following the advice of the Canadian Safe Boating Council. Waterfowl hunters or pike and walleye anglers for example, should always take extra precautions when they go on the water during fall”, says Alain Cossette, general manager of the Québec Federation of Hunters and Anglers.

Now that fall is here, boaters should make the most of what’s left of the boating season before the cold weather hits. By exercising a little caution and an ability to be self-sufficient when out on the water, they can more fully enjoy nature’s splendour and quiet waterways.  Visit www.csbc.ca for more tips on boating safety.

 

- 30 –

 

 

Pour plus d’informations:              

 

Ian Gilson

Directeur – Conseil canadien de la sécurité nautique

905-719-5152

igilson@rogers.com

 

Stéphanie Vadnais

Conseillère en communication

Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs

(418) 878-8903 poste 102

stephanievadnais@fedecp.com

                                   

Trouver un cours

Programme d'éducation en sécurité et en conservation de la faune

TROUVER UNE FORMATION

Devenir membre

Devenez membre individuel, membre associatif, membre communautaire ou membre partenaire. 

S'inscrire
Publicité Publicité